VOIR : EXPOSITION 'MWEN' - Olanrewaju Tejuoso

DSC_0487.jpg

Olanrewaju Tejuoso  est un « artiste installationiste » et conceptuel qui vit et travaille au Nigeria.  En 2018, il est le lauréat du Prix du Ministère de la Culture Sénégalais de la 13e édition de laBiennale de Dak’artavec son œuvre « Oldies and Goodies ».

Oldies and Goodies, 2018

Oldies and Goodies, 2018

Son travail s’inspire de son environnement. Adepte d’une approche   transformative qui est sans rappeler celle du travail du sculpteur ghanéen El-Anatsui dont les oeuvres faites uniquement de matériaux recyclés ou usagés fascinent – Tejuoso a su s’imposer comme un artiste dont le procédé de traitement est de redonner vie aux objets inanimés. 

En résidence de création pendant un mois au bord du fleuve Wouri  à Bonendale, Douala, Olanrewaju a travaillé avec les populations locales pour collecter des matériaux de récupération (sachets d’eau usagés,  vieux jeans, vielles tôles …) et redonner vie à des objets inanimés témoins d’une pollution envahissante. Sa première exposition « MWEN » en dehors du Nigeria aura lieu a la Galerie MAM (du 02 mars au 27 avril 2019).

Tejuoso est un environmentaliste: la galerie ouvre son espace a des oeuvres monumentales composées d’objets de récupération qui symbolisent parfois un acte de résistance à l’envahissement des déchets dans notre environnement. Avant de comprendre approche il est important de savoir le sens même du mot, ainsi selon Wikipedia :  » Le recyclage c’est un procédé de traitement des déchets (déchet industriel ou ordures ménagères) qui permet de réintroduire, dans le cycle de production d’un produit, des matériaux qui composaient un produit similaire arrivé en fin de vie, ou des résidus de fabrication » , c’est à dire qu’on récupère par exemple , des produits usagers comme les papiers, les bouteilles, les boites de conserves pour en fabrique de nouveaux «. Les artistes Africains se sont intéressés à ce phénomène de recyclage suite à la pénurie de structures pour traitement des déchets ménagers et parce qu’il y a trop de déchets.

DSC_0471.jpg

D’ailleurs, l’artiste se déplace avec très peu en main car tout le matériel utilisé dans ses oeuvres est collecte au fil de son chemin avec la conviction d’une véritable résistance aux déchets devenus trop envahissant.

Tejuoso fait parti de ses artistes qui recyclent les matériaux afin de réaliser leurs oeuvres en s’inscrivant dans une démarche activiste dans le but de sensibiliser le spectateur aux nombreux problèmes environnementaux que rencontre notre planète et particulièrement en l’Afrique.

En 2016, il participe à la residence Village of Arts and Humanities dans le cadre du programme SPACES pendant 7 mois à Philadelphie aux Etats-Unis. Il travaille alors avec la communauté locale (d’origine Africaine et Caribéenne) pour « coudre des cercles » qui sont les éléments individuels nécessaires à l’ensemble global pour la composition de l’œuvre finale.

Au Nigeria, il travaille essentiellement avec du plastique, mais également avec des chutes de tissus de la marque Vlisco, qui sont ensuite tissées par des artisans à partir de fils en plastique ou de fer. 

Il réalise des sculptures gigantesques qui imposent à la fois par leurs statures mais également par l’importance du sujet qui est traité. Il s’agit bien là pour l’artiste de faire sortir du chaos d’une pollution grandissante une oeuvre artistique dont l’esthétique interpelle, fascine et interroge.

 Sa méthode s’adapte aux objets trouvés : il étudie la matière, la composition et s’inspire de la texture et de la couleur avant de se l’approprier pour la traiter. Travaillant essentiellement en collaboration avec les populations locales avec qui il échange des idées tout au long de la production, il invite la sa communauté à participer à la création pour la réalisation de ses œuvres qui nécessitent une main-d’œuvre importante.

L’artiste s’approprie non seulement le recyclage mais il est impliqué par son éthique écologique et sociale apportant sa touche personnelle, il en a fait un moyen pour sensibiliser le publique du danger de cette société de consommation.

 

DECOUVREZ L’ARTISTE