S'INFORMER: Première Participation du Ghana et Madagascar à la Biennale d’Art Contemporain de Venise

Pavillion Ghana Architectural Digest

Pavillion Ghana Architectural Digest

Ouvert au public du 11 Mai au 24 novembre, 2019 à la Giardini et l’Arsenale, le 58eme Salon International, intitulé May you Live In Interesting Times (traduit de l’anglais « Puissiez-vous vivre une époque intéressante. ») 

La Biennale de Venise est l’une des plus prestigieuses manifestations d’art contemporain, organisée tous les deux ans dans la Cité des Doges la ville. Ce grand rendez-vous de l’art contemporain s’ouvre aujourd’hui avec des artistes venus du monde entier qui ont été invités par Ralph Rugoff, directeur artistique de la biennale et présidé par Paolo Baratta dont l’ambition est de rompre avec les schémas classiques.

Cette année marque la présence de pays tels que Madagascar,  Egypte, Ghana, Côte d’Ivoire, l’Afrique du Sud,  Zimbabwe, Madagascar, Seychelles – avec des artistes Africains représentés dans des pavillons - ce sera une première pour le Ghana et Madagascar qui se voient donner l’opportunité de mettre avant les talents artistiques de leur nations. Une tentative visant à remédier à l'absence historique d'artistes africains à la biennale a conduit à la création d'un pavillon africain en 2007, qui a finalement été critiqué pour avoir voulu regroupé les œuvres du continent dans un ensemble. « L’Afrique n’est pas un pays » réponse légitime rappelant que c’est un continent composé de 54 pays bien différents les uns des autres.

Le premier pavillon du Ghana a été officiellement inauguré mercredi dernier en présence de la première dame du pays, Rebecca Akufo-Addo. Le Pavillon a été conçu par l’architecte, anglais d’origine Ghanéenne Sir David Adjaye. Cet architecte à la renommée internationale à l’origine de bâtiments tel que le Smithsonian National Museum of African American History and Culture à Washington DC se voit donc confier la réalisation du pavillon pour lequel il utilisa de la terre en provenance du Ghana.

Il pourrait s’agir là d’un message à la fois poétique que symbolique - Le Ghana fût l'un des principaux lieux de départ de la traite des esclaves - tandis que le pays marque l’année 2019 comme « Année du Retour » - période pendant laquelle les Ghanéens et tous les Africains de la diaspora sont invités à "rentrer à la maison".

Les artistes représentés incluent ceux qui vivent et travaillent au Ghana et ainsi que ceux issus de sa Diaspora.  On y compte, la peintre Lynette Yiadom-Boakye récompensée par le Prix Turner et l’artiste El Anatsui basé entre le Nigeria et le Ghana qui expose ses sculptures métalliques monumentales conçues à base de capsules de bouteilles recyclées.

La commissaire d’exposition Nana Oforiatta Ayim a réuni six artistes qui transcendent les divisions entre les sexes, les générations et les régions géographiques.

Le pavillon de Madagascar présentera des œuvres de Joël Andrianomearisoa - sous le thème "J'ai oublié la nuit" - avec lesquelles les commissaires d’exposition espèrent que sa participation véhiculera une image plus positive du pays dans le monde.

Cette foire d’art contemporain de renommée mondiale s’efforce aujourd’hui d’attirer des artistes noires et africains, car malgré l’intérêt croissant manifesté pour l’art africain, sur le continent, seules l’Égypte et l’Afrique du Sud disposent d’un espace permanent à la biennale. 

La difficulté des artistes africains à financer leur participation à des foires hors du continent a donné lieu à des foires d’art et à des institutions culturelles locales qui cherchent à combler un vide; en rapprochant le monde de l'art international.  On peut nommer la Biennale de Dakar (Dak’art) au Sénégal, créée en 1992, Art X à Lagos, la Biennale de Lagos et le Musée Zeitz d’Art Contemporain Afrique au Cap, ouvert en 2017.